X


Les secrets derrière l'argent et les banques:


Le système bancaire en bref



Si vous voulez bien signer ici, je vous donne un avoir de 1.000 euros et vous me devrez 1.000 euros plus intérêts.

Secrets d'argent, intérêts et inflation


Des dettes d'État au franc d'État



Une histoire de deux systèmes monétaires


Vers une économie saine


Crise bancaire? Réforme!


Débit, crédit, banco!


Les secrets derrière l'euro:

Sortir de l'euro, et puis?


Les secrets derrière l'Union Européenne:


Restez tranquille! Nous bâtissons l'Europe!

ACTION EUROPÉENNE CONTRE LE MES!


MES, le nouveau dictateur européen


MES, un coup d'état dans 17 pays


MES: L'illégalité de l'amendement de l'article 136


MES, ratification accélérée en France


MES, les votes des députés


MES, les résultats des votes


MES: Notes pour les députés



Zeus viole Europa



L'OTAN sauve l'euro en Libye


Adieu à la croissance:


Perspectives jusqu'à 2100

Energie et population mondiales


Crise de l'énergie:
Tournant de l’humanité


Les secrets derrière la guerre en Iraq:


Coûts, méfaits et dangers du dollar


Iraq Memorial


Les secrets derrière la guerre en Afghanistan:


Projet de pipeline Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan

Pipelines vers le 11 septembre


Les secrets derrière les accusations contre l'Iran:

Hold-up sur le marché des combustibles nucléaires


Balayer Israël de la carte


Faits et mensonges sur le climat:


1: L'horloge de la terre et du soleil


2: L'activité du soleil



3: CO2: panique, affirmations et fraude...


Humour:



Il y a des alternatives au capitalisme...

Manif à Draguignan


Cartoons




Qui publient les articles du Fou du Roi? StartPublishers

11 Septiembre 2001
24h Gold
321 Energy
Ad Broere
Advivo.com.br
Afghan.nl
Aftershock.su
Albe.ru
Aldeilis
Alexander's Gas and Oil
Alex Constantine's 9/11 Truthmove
Alfa Kappa
Aljazeera Com
Aljazeera Info
Altea te quiero verde
Alter du Lot
Alter Info
Altra Informazione
American Chronicle
American Iranian Friendship Committee
Amsterdam Post
Andalous.ma
Anonymous France
Anovis Anophelis
Antifascist Encyclopedia
Apocalypse Total
Aquarius Age
Argusoog
Arianna Editrice.it
ArmonyaX
Artikel 7 Nu
At-Park / АТ-парк
Atlas Vista Maroc
Au bout de la route
Avant de voter
Averdade vos libertara
Avicennesy
Avizora
A voz do povo
Baltimore Chronicle
Bankiv Tomske.ru
Beaujarret 50'z
Beez Libre Info
Before it is news
Belém Livre
Bernard Sady
Bezformata.ru
Biflatie.nl
Blogapares
Blog Chalouette
Blog Chatta.it
Blog économique et social
Blogg.org
Blog World-citizenship
Bobo in Paraguay
BOINNK!!!
BouBlog
Brasilianas.org
Brood en spelen
Bullion Management Group
Burbuja.info
Business-Gazeta.ru /
БИЗНЕС Online
Cafe 415
Candombeando
Cantv
Carla Noirci's Log
CASMII
Caveat emptor
CawAilleurs
CDU Arouca
Cenex.com.ua
CGT Santé 46
Chatta it
Chatta it
Chiado Editora
Chris Roubis
Come Don Chisciotte
Comité Valmy
Contre-Info
Correio Progressista
Corriera della Notte
Cosenostrea casanostra
Counter Currents
Crash Debug fr
Crise Systémique Globale
Critical Trend (bg)
Criticamente
Cross-Cultural Understanding
Daily Motion
Daily Times
Dandelion Salad
Dazibaoueb
Déborah 33 Epée
De Echte Denker
De Kelderlander
Démocratie réelle Nimes
De Waarheid Nu
Démocratie Réelle à Nimes maintenant
Démocratie royale
Democratische Partij v Solidariteit
Denissto.eu
De Reaguurder
De Vrije Chroniqueurs
Dialogue & Démocratie Française
Diário Liberdade
Diatala.org
Digitale Stad Eindhoven
Dimensional Bliss
Dire Giovani
Dissident News
Dit kan niet waar zijn.eu
Diário de Notícias - Cartaz
Dolezite.sk
ДОТУ.org.ua / Dotu.org.ua
Double Standards
Dove sono le ragazze
Doy Cinco
Dreamdash
Dutch Amazing Nieuws
Dwarslezing
E.J. Bron
Earth Matters
Económico Fórum pt
Economics Kiev /
Мировая и рыночная
экономика
Статьи и книги

EC-planet
Eco-Humanisme Radical.org
Edelmetaal.Info
Educate Yourself
E-Foro Bolivia
Égalité & Réconciliation
Eindtijd in beeld
Élections Algérie
EliteTrader.ru / Элитный Трейдер
El Libre Pensador
Elkhadra
Eltimir / Елтимир
End the ECB
End US Militarism
天涯社区 /
(End of the world community)

Enrico Sabatino
Es.Sott.net
Etienne Chouard
EU Alert
Europe 2020
Europlouf
Eurostaete eu
Eva Anárion
Evolution de notre civilisation
Fai te
FCCI
Ferra Mula
Filosofia e Tecnologia
Fimdostempos.net
Finanza.com Blog
Finanza Online
Focus στην Οικονομία
Fortune F. Desouche
Forum démocratique
Forum des Alternatives.org
Forum.for-ua.com
Forum Mondiale della Alternative
Four Winds
Francisco Trindade
Free Minds
Freedom Bytes
French News Online
French Revolution
Fronte di Liberazione dai banchieri
FTU.su
Fugada YouTube Forum
Future Fast Forward
Geen Flauwekul
Generaal Pardon
Geografia e Luta - Prof. Mazucheli
George Orwell Werkgroep
Gest Credit
Gianfranco Vizzotto
Gino Salvi
Global Echo
Global Economic Intersection
Global Faultlines
Global Order
Global Research
Global Systemic Crisis
Golden Heart
Gorod.Tomsk.ru
Город.Томск
Goto 2012
Goudstaven-goudstukken
草根金融服务社 /
(Grassroots Financial Service)

Grioo
Guerre Libre Info.org
Henry Makow
Het echte nieuws.be
Het uur van de waarheid
Hidden Mysteries
Ho visto cose che voi umani
Hubbert Peak
Huffington Post
Iceberg Finanza
Il nodo gordiano
Imperiya / Империя
Indebitati
Indymedia
Indymedia Italia
Info Guerilla
Infomare Per Resistere
Information Clearing House
Informazione in Rete
Infos différentes
Infowars Ireland
Institute of Evolutionary Economics
Instituto Reage Brasil
Intellezione
International Business Times
InvestGraf
Investors Hub
Iran Blog
Iran Daily
Iran File
IRIB Iran French Radio
Irish Public
Irish Timez
Islam City
Isxys / ΙΣΧΥΣ
Ivan Mutov
Jean Marie Lebraud
Joomla
Jornal Fraternizar
Jose Joa Net
Josè Maria Salvador
Journal la Mée
Journal Milénio
Journaux de Guerre
Kanie Tistory
Klein Paradijs
Klepsudra
Komitet / Комитет
Kostarof
L'éveil 2012
L'Observatoire de l'Immo
La banlieu s'exprime
Lanet Kiev
Las razones de Aristófanes
LeaksFree.com
Le Banquier Garou
Le Blog d'Eva
Le Blog de Nicole
Le Lot en Action
Le Metropole Cafe
Le Monde du Sud
Le Partisan de Gauche
Le Post
Les Indignés
Les moutons enragés
Leugens
Lettre d'Informations Stratégiques Internationales
Libera Mente Servo
Libertatum
L.I.E.S.I.
Lit Corner
L'Olandese volante
Luminária
Macua Blogs Moçambique
Manifeste pour un débat sur le libre échange
Mapeni School
Marianne2
Market Oracle cn
Market Oracle co.uk
MasterNewMedia
Mathaba News
Maurício Porto
Max 1967
Maxi News
MBM Hautetfort
Mecano Blog
Melochi
Mens en Politiek
Mercato Libero News
Metropolis
Mga Diskurso ni Doy
Michel Collon Info
Middle East Online
Mondialisation Ca
Money Files
Mouvement Politique d'Éducation Populaire
Na Sombra.org
Nato nella tana
Natural Money
Newropeans Magazine
News Follow Up
Newzz in Ukrain
Niburu
Nieuw-Nederland
Nieuws-Flash
Norma Tarozzi
Nota.to-p.net / НОТАРИАТ
Notizie Libere
Nous les dieux
Novusordoseclorum
NucNews
Nya Politiken
Ocastendo Blogs
Occupy Amsterdam
Occupy Network tv
Oil Crisis
Oko-planet.su / Око Планеты
Onderzoek 9/11
One Base.com
Ontdek Islam
Os Bárbaros
Osservatorio Sovranità Nazionale
Osvaldo Bertolino
Our World / НАШ МИР
Oxygene.re
Pakistan News Service
Palestine - Solidarité
Panier de Crabes
Paper Blog fr
Paperless Korea
Partage dialoguer avec jean loup
Parti de Gauche 34
Partido Comunista Brasileiro
Patrice Mars
PCF Bassin
PCF Cap Corse
Peace by Truth
Peak Oil .pl
Pensare Liberi News
Perunica
Peter Pan's Paradijs
Philippe Vedovati
Pintxo
Planeta Caos
Planete Non Violence
Plein Overheid
Politics & Current Affairs
Portal Luis Nassif
Post Jorion
Post Switch
Pragmatic Economist
Pravda / Правда
Primavera do 11
Project for the Old American Century
Prova Final
Quo Fata Ferunt
Raise the Hammer
Ravage Digitaal
Rayven
Real Infos
Real Wealth Society
Recuperare Credit
Relapsing Fever
Resistance
Resistance 71
Résistance FR
Resistenze.org
Resistir Info
Resurs.by
Robin Good
Rodon
Rol Club
Rue 89
Rus Nevod
Saura Plesio
Seigneuriage Blogspot
Sempre Vigili!
Shem.se
Siddharth Varadarajan
Signoraggio.it
Silver and Gold Shop
Silver Bear Cafe
Sociale Databank Nederland
Sociale Driegeleding
Sociologias
SOS-crise
Sott.net
Soutenir l'Afghanistan
Spartacus.info
Spazio Forum
Spiegelbeeld
Spraakloos
Sprookje Nieuws
Stampa Libera
Star People
Stienster Blogspot
Studien von Zeitfragen
Storyo.ru / Страницы истории
Suciologicus
Svobodnoslovo / Свободно слово
Tegen Onzin
The Movement
The People's Forum
The Pragmatic Economist
The Voice of Wakker Holland
The Wild, Wild Left
Tijdgeest Magazine
Tim's Journal
Toine van Bergen
TomskNet.ru / Город.Томск
To-p.biz
Top-débats.info
Tora Yeshua / תורה־ ישוע
Trademan.org
Transatlantic Information
Exchange System
Transition Town Breda
Transcom Se
Triplo II
Truth Spring
Truth Move 9/11
Tunisia Today
Uitpers
UKIP Hillingdon
Um Novo Despertar
Uruknet Info
Verborgen Nieuws
Vermelho.org.br
Verontruste Moeders
Veterans for America
Video data bg
Viewzone Magazine
Vilistia
Visionair.nl
Vision Démocrate.net
V-Kontakte.ru / Вконтакте
Voix dissonnantes
Voprosik / Вопросик
Voy Com
Vrijspreker
Vues du monde
Vyacheslav Burunov /
ВячеславБурунов
Wake Up From Your Slumber
Wall Street Pit
Want to know .nl
War and Peace / война и мир
We Are Change Holland
We Are Change Rennes
Welcome Back Uz
Werkgroep George Orwell
What really happened
Wij worden wakker
Wisdia Encyclopedia
Worldissue Blog bg
World Prout Assembly
Wroom.ru
YouTube
ZakonVremeni.ru /
ЗаконВремени
Zé Povinho no século XXI
Znanie-Vlast.ru
БезФормата.ru

 

Un choix de logos de Court Fool pour vos publications:

Logos pour votre site

Le fou du roi

États-Unis contre l'Iran:
Hold-up sur le marché des combustibles nucléaires.

Par Rudo de Ruijter,

Chercheur indépendant,

Pays-Bas

Dans les coulisses du jeu diplomatique sur l’Iran, quelques pays veulent former un nouvel ordre mondial. Ils prennent possession du marché mondial des combustibles nucléaires. De nouvelles règles de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) doivent empêcher la venue de nouveaux concurrents. Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Russie, la Chine et le Japon deviendront les stations d’approvisionnement nucléaire du monde. Sous l’égide de l’AIEA ces fournisseurs dicteront les règles, fixeront les prix et détermineront dans quelle monnaie ils voudront être payés. L’Iran est le prétexte et le test pour leurs plans. Les problèmes de l’économie mondiale de demain sont créés aujourd’hui.

 Contenu:

  • Histoire

- L’Iran et le Traité de Non-Prolifération

- L’histoire nucléaire de l’Iran

- De chah Reza jusqu’à Khomeini

  • Les accusations contre l’Iran : 130 grammes d’uranium
  • L’agenda des États-Unis : le pétrole, le dollar et la dette extérieure
  • Chercher des alliés
  • E3: L’étrange délégation européenne
  • La Russie et la Chine
  • Pourquoi l’Iran veut-il de l’énergie nucléaire?
  • Est-ce que l’enrichissement dans des pays sans arme nucléaire est dangereux ?
  • La naissance d’un nouvel ordre mondial
  • Des éléments inquiétants
  • Le théâtre des Nations Unies

1.  L’Iran et le Traité de Non-Prolifération

Le président des États-Unis, George Bush, veut nous faire croire que l'Iran a des plans pour fabriquer des armes nucléaires. Pour prouver la mauvaise foi de l’Iran, le pays a été accusé de ne pas avoir déclaré une importation d’uranium datant de 1991. Et bien, souvenons-nous qu'en 2002  Bush a accusé l'Irak d'avoir des Armes de Destruction Massive. Ceci s'est avéré être une tromperie. Donc, avant de croire les accusations contre l’Iran de Monsieur Bush junior et ses échos dans la presse, regardons les faits de plus près.

L'Iran est un Etat membre du Traité de non-Prolifération, et ce depuis le tout début en 1968. [1] Le TNP est un traité qui vise non seulement à empêcher la prolifération d'armes nucléaires, mais aussi à ce que les membres s’entraident pour développer l’énergie nucléaire civile. [2] Dans le traité, les Etats à armes nucléaires (États-Unis, Russie, Chine, France, et Grande Bretagne) ont promis le démantèlement de ces armes. (Jusqu’ici ils n’ont pas tenu leur promesse.) Les autres membres ont dû signer des accords avec l'Agence Internationale à l'Energie Atomique (AIEA), le chien de garde du TNP, pour l'établissement de contrôles. L'accord entre l'Iran et l'AIEA a pris effet le 15 mai 1974. [3]

2.  L’histoire nucléaire de l’Iran

A cette époque le chah Réza régnait sur l’Iran. Grâce à l’opération Ajax (de l’Angleterre et des États-Unis) en 1953 il était toujours sur le trône. En 1957 le chah voulait développer de l’énergie nucléaire en Iran. [4] Les États-Unis offraient toute l’aide et tout le matériel qu’il souhaitait: un réacteur de recherche, de l’uranium enrichi et du plutonium. Le réacteur de recherche était mis en route en novembre 1967, mais tomba en panne rapidement. C’est alors que les Français interviennent en promettant de réparer le réacteur de recherche. Le chah prête 1 milliard de dollars à la France pour la construction d’une centrale d’enrichissement à Tricastin, dans la vallée du Rhône, dans le Sud de la France. A partir de 1974 de plus en plus de pays offraient leurs services. De nombreux contrats ont suivi: cinq pour des réacteurs et des combustibles venant de France, deux réacteurs et des combustibles venant des États-Unis, des achats réguliers d’uranium venant d’Australie et deux réacteurs venant d’Allemagne de l’Ouest. Le Danemark livrait 10 kilos d’uranium hautement enrichi et 25 kilos d’uranium naturel. Du personnel technique arrivait de l’Argentine et des Indes, pendant que des étudiants iraniens allaient au Royaume-Uni et en Allemagne. Des conversations étaient menées avec le Pakistan et la Turquie pour une coopération régionale. Le budget iranien pour l’énergie nucléaire allait de 30 millions de dollars en 1975 jusqu’à 1 milliard l’année d’après et un nombre croissant de réacteurs étaient commandés aux États-Unis. Vers la fin de 1978, le chah  n’avait plus d’argent, tandis qu’aucun des réacteurs n’était achevé. Entre temps la résistance de la population contre l’oppression sanglante du chah arrivait à son point culminant.

3.  De chah Réza jusqu’à Khomeini

La résistance contre le chah avait grandi depuis 1953, quand le héros du peuple et Premier Ministre, Mossadeq, avait été déposé par un coup à la fois de la CIA, des Anglais et du chah. [5] Mossadeq s’était battu avec succès pour la nationalisation de l’Anglo Iranian Oil Company (BP). Cité en justice par l’Angleterre, Mossadeq avait obtenu gain de cause devant la Cour de Justice Internationale de la Haye. [6] Au cours du coup contre Mossadeq le chah s’était d’abord enfui, mais était revenu, après que l’armée avait réussi à abattre les protestations de la population. En 1960, pour faire plaisir à ses amis américains, il offrait l’immunité diplomatique à tous les citoyens des États-Unis travaillant en Iran. Un jeune opposant, Ruhollah Khomeini, osait critiquer le chah pour cette décision. La première fois il a eu une peine d’emprisonnement, mais quand, quelques années plus tard, il récidivait, il était expulsé d’Iran. L’oppression du chah s’intensifiait au fil des années, et les émeutes causèrent la mort de centaines d’opposants et de milliers blessés. En 1977 tous les mouvements d’opposition s’étaient unis et en janvier 1979 le chah fuyait le pays définitivement. Khomeini revenait en triomphe et le 1er avril 1979 la République Islamique d’Iran était proclamée par référendum. En novembre 1979, quand des étudiants apprenaient que le chah était allé aux États-Unis, ils prenaient d’assaut l’ambassade des États-Unis à Téhéran pour exiger son extradition afin de le traduire en justice. Un long drame d’otages en suivait. Une tentative des États-Unis pour libérer le personnel de leur ambassade échouait. Le président Saddam Hussein d’Irak, à cette époque ami des États-Unis, pénétrait en Iran et proclamait qu’il serait à Téhéran en trois jours. Cependant, la guerre entre l’Irak et l’Iran durerait 10 ans et coûterait des centaines de milliers de vies.

 Pendant la première année de cette guerre, le 7 juin 1981 Israël bombardait la centrale nucléaire presque achevée d’Osirak, en Irak.(7) Israël dispose d’armes nucléaires et n’est pas membre du TNP. De nombreux pays se sentent menacés par l’arsenal nucléaire Israélien.

En 1989 le Pacte de Varsovie se disloquait. A la même période Saddam Hussein commettait l’erreur d’envahir le Kuweit. L’attitude des États-Unis envers l’Irak tournait alors à 180 degrés. Depuis ce temps-là les États-Unis considèrent l’Iran et l’Irak comme des ennemis.

Ces pays détiennent respectivement 10,5 et 10 pourcent des réserves de pétrole mondiales et comme les États-Unis sont les plus gros consommateurs de pétrole (25 pourcent de la consommation mondiale), il était prévisible que les États-Unis ne se contenteraient pas d’ignorer ces pays. Les États-Unis disposent de moins de 2 pourcent des réserves de pétrole mondiales ,leur dépendance de pétrole importé augmente rapidement, et selon Bush elle était déjà de 60 pourcent en 2006. [8]

4.  Les accusations contre l’Iran: 130 grammes d’uranium

Le 16 juin 2003 l’Agence Internationale de l’Energie Atomique annonçait, que l’Iran n’avait pas déclaré une importation d’uranium de 1991, ni le stockage et le traitement de cet uranium, ce qui est exact. Mais, un document confidentiel de l’AIEA du 6 juin 2003 nous apprend, que cette importation ne contenait que 130 grammes d’uranium. [9] D’après l’article 37 de l’accord officiel entre l’AIEA et l’Iran, en application depuis le 15 mai 1974, les matériaux nucléaires contenant moins d’un kilo d’uranium, sont dispensés des règles de l’AIEA. [10] Les « accusations » de l’AIEA devaient faire croire au monde, que l’Iran avait transgressé les règles.

Des jeux similaires ont eu lieu à propos du Protocole Additionnel. A l’époque de l’embargo contre l’Irak, quand, soi-disant, des preuves devaient être trouvées comme quoi l’Irak disposait d’Armes de Destruction Massive et que Saddam Hussein ne voulait pas donner davantage de droits aux inspecteurs des Nations Unies, l’AEIA avait développé des règles supplémentaires pour faciliter ses inspections. Les nouvelles règles permettaient aussi de discriminer encore plus entre les différents membres du TNP: des règles excessives pour l’un et des règles amicales pour l’autre. En juin 2003, seulement 33 des 188 membres avaient signé le Protocole Additionnel. Néanmoins les États-Unis et une délégation de l’Union Européenne (formée par la France, l’Allemagne et le Royaume Uni) voulaient forcer l’Iran à signer le Protocole Additionnel. En échange les trois pays européens (E3) promettaient de préparer des propositions commerciales intéressantes. L’Iran voulait bien écouter ce qu’ils avaient à proposer. Ceci n’est pas si étonnant: 30 pourcent du pétrole iranien va vers l’Europe et 40 pourcent de ses importations viennent de l’Europe. Depuis le printemps 2003 l’Iran vendait même son pétrole en euros au lieu de le vendre en dollars, ce qui est bien pour l’Europe et moins bien pour les États-Unis, puisque ceci affaiblit le dollar.

En fait, ces pays de l’E3 sont précisément les pays européens, qui participent au hold-up sur le marché des combustibles nucléaires, qui se concrétise, à peine remarqué, derrière le rideau de fumée des accusations contre l’Iran. Nous y revenons dans un instant.

Pendant les pourparlers sur les offres commerciales, l’Iran avait, de son plein gré, convenu d’arrêter provisoirement ses programmes de recherche pour l’enrichissement d’uranium et, devançant la signature éventuelle du Protocole Additionnel, le pays acceptait des inspections étendues de ses installations nucléaires. Cependant, après des demandes iraniennes répétées, il s’est avéré que l’E3 n’avait nullement l’intention de tenir ses promesses concernant les offres commerciales. En réalité l’E3  voulait  faire durer les pourparlers le plus longtemps possible et,   de ce fait empêcher que l’Iran enrichisse de l’uranium. L’Iran a alors repris son programme de recherche et a rétabli les règles contractuelles pour les inspections de l’AEIA.  Il en est résulté    une tentative des États-Unis et de l’E3 pour faire condamner l’Iran devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

5.  L’agenda des États-Unis : le pétrole, le dollar et la dette extérieure…

Donc, si les soi-disant preuves contre l’Iran paraissent inventées, qu’elle est alors l’issue réelle? Je pense que l’idée globale est claire pour tout le monde. Avec sa consommation d’énergie excessive les États-Unis pensent qu’il est nécessaire d’avoir des gouvernements pro États-Unis en Irak, en Iran et, pour les projets de pipelines de l’UNOCAL, également en Afghanistan. [11] Pendant la guerre froide Saddam Hussein en Irak et le chah en Iran étaient des alliés utiles, mais plus maintenant. Grâce à Bush, nous avons des guerres en Afghanistan et en Irak. L’Iran se trouve entre les deux. Etant donné la réputation des États-Unis en Iran, un gouvernement proaméricain ne s’établira pas spontanément très prochainement.

La deuxième cause qui explique l’attitude agressive de Bush à l’égard de l’Iran, c’est la part  prise par celui-ci dans l’affaiblissement du dollar. L’hégémonie mondiale des États-Unis se base en grande mesure sur la demande mondiale de dollars.

Voici comment cela fonctionne: depuis 1971 quasiment tout le pétrole et le gaz dans le monde sont vendus en dollars. Ceux-ci resteront en service en permanence en dehors des États-Unis. Pour les U.S.A., livrer des dollars à l’étranger, cela veut dire qu’ils peuvent imprimer des dollars et acheter des marchandises, services et investissements à l’étranger. [23] Comme les étrangers ont besoin de ces dollars pour acheter du gaz et du pétrole et qu’ensuite ces dollars disparaissent dans tous les coins du monde, les États-Unis n’ont pas besoin de livrer quelque chose en retour. Livrer des dollars, qui restent en permanence à l’étranger, équivaut à des achats gratuits pour les États-Unis. Aujourd’hui cela représente la moitié de toutes les importations des États-Unis. Bien entendu, cela fait monter la dette extérieure, mais tant que la demande étrangère de dollars continue à augmenter,  ils se moquent de cette dette. Ainsi celle-ci est montée jusqu’à 3.200.000.000.000 dollars en 2006. Et si, un jour, le monde en a assez de cet abus et ne veut plus des dollars, l’offre massive de dollars inonderait les marchés d’échange et ferait immédiatement chuter le cours. Dans le cas extrême le dollar ne vaudrait plus que sa valeur en vieux papier et la dette extérieure (c’est à dire la valeur des dollars hors des États-Unis) se serait dissoute. Il est donc très intéressant de livrer de la monnaie qui séjournera en permanence à l’étranger.

L’avantage des achats gratuits fonctionne tant que l’étranger a besoin de dollars additionnels. C’est le cas lorsque, par exemple, le prix du pétrole augmente sur les deux marchés mondiaux principaux : l’ International Petroleum Exchange (IPE) à Londres et le New York Mercantile Exchange (NYMEX). [22] D’ailleurs, les deux  sont contrôlés par les États-Unis. Comme 85 pourcent du commerce mondial de pétrole a lieu en dehors des États-Unis, pour chaque dollar supplémentaire dont les États-Unis ont besoin, sept fois autant sont nécessaires en dehors des États-Unis. Ceux-ci sont, bien sûr, imprimés aux États-Unis [23] et mis à la disposition des étrangers par des achats gratuits.

Pour accroître la demande étrangère, la Réserve Fédérale des États-Unis vend des Bons du Trésor aux étrangers, ce qui diminue la quantité de dollars à l’étranger. Cela diminue donc l’offre de dollars sur les marchés d’échange et fait monter le cours. Pour éviter que le cours ne cesse de grimper, de nouveaux dollars devront être « livrés » à l’étranger, résultant de nouveau en des achats gratuits. Quand les États-Unis veulent faire baisser le cours du dollar, ils n’ont qu’à importer davantage. En fait, tant que la demande de dollars dans le monde continue de croître, les États-Unis peuvent déterminer le cours du dollar eux-mêmes et profiter d’achats gratuits. En 2004 cela représentait un avantage de 2,167 dollars par habitant.

On peut le représenter également d’une autre façon: pour  deux containeurs importés, les États-Unis n’en exportent qu’un seul. Pour le deuxième containeur rien n’est livré en échange. Sa valeur est juste rajoutée à la dette extérieure, qui ne sera jamais acquittée. En fait, aux Etats-Unis chaque deuxième containeur est considéré gratuit. On peut appeler cela de l’escroquerie, du vol ou une taxe impériale.

Mais avec les dettes gigantesques le dollar est devenu vulnérable. C’est devenu évident  lorsque Saddam Hussein changeait du dollar à l’euro le 6 novembre 2000. [13, 14] En premier lieu les marchés d’échange étaient submergés par les dollars qui n’étaient plus nécessaires pour le commerce du pétrole avec l’Irak. Simultanément 10 milliards de dollars du Fonds de Réserve Irakien étaient mis sur le marché pour être échangées en euros. A ce moment-là le voisin de l’Irak, l’Iran, avait déjà annoncé son intention de commuter également ses ventes de pétrole de dollars en euros et les initiés craignaient, que d’autres pays de l’OPEP suivent. [15] Une baisse de confiance dans le dollar et une longue descente du cours suivait [16]. Malgré les interventions de la banque centrale de Chine [17], le dollar finit par se trouver en très mauvaise posture. Le 5 juillet 2002 le dollar avait perdu 16 pourcent de son cours de novembre 2000 [20] et Horst Koehler, le chef du Fonds International Monétaire, lançait un avertissement,  le dollar risquait de s’écrouler. [18] Deux semaines plus tard, les plans d’attaque contre l’Iraq étaient discutés à Downing Street (Londres.) [19] Fin décembre 2002 la baisse du dollar était déjà de 25 pourcent, ce qui explique probablement pourquoi les États-Unis ont agi en grande hâte et passaient même outre les règles des Nations Unies en attaquant l’Irak le 18 mars 2003, sans attendre un feu vert du Conseil de Sécurité. Le commerce de pétrole irakien a été de nouveau en dollars à partir du 6 juin 2003. [21]

La descente du cours n’a été stoppé que temporairement. Au printemps  2003, l’Iran a commencé à vendre son pétrole en euros, dans les deux années suivantes, le cours du dollar perdrait encore 12 pourcent supplémentaires. En 2006 la demande de dollars était si faible, qu’une nouvelle bourse de pétrole iranienne, annoncée pour le 20 mars 2006, pouvait, en cas de succès, former une menace sérieuse pour le dollar malade et donc pour l’hégémonie des États-Unis. [12] Cette menace avait plusieurs facettes.

En 2004 les étrangers ne voulaient plus  faire tourner le manège féerique du crédit des États-Unis. Les États-Unis ont d’abord essayé de les séduire avec des intérêts plus élevés, mais la demande étrangère pour des bons de trésor restait basse. La seule issue pour obtenir assez de nouveau crédit et pour financer les guerres de Bush, c’était de faire monter le cours du dollar par une montée des prix de pétrole sur l’IPE et le NYMEX. Ces prix ne s’établissent pas simplement en fonction de l’offre et de la demande, mais surtout par des spéculations sur des développements futurs. L’exagération des prix se fait toujours à l’aide de spéculations sur un approvisionnement insuffisant. En 2004 la spéculation à la hausse recevait l’aide de l’ouragan Katherina. Les dommages aux installations pétrolifères dans le Golfe du Mexique occasionnaient une petite pénurie et les prix spéculatifs au marché mondial doublaient.

Une bourse de pétrole indépendante en Iran limiterait sérieusement les possibilités de faire monter les prix de pétrole de façon spéculative sur les marchés d’IPE et NYMEX . En conséquence pour les États-Unis  lorsque la demande étrangère de dollars et de bons du trésor serait de nouveau à la baisse, ils n’auraient plus ou quasiment plus de moyens de faire augmenter la demande mondiale de dollars.

Puis, la bourse iranienne ne vendrait pas le pétrole en dollars, mais en euros,  d’où diminution  de la demande de dollars.

En vendant le pétrole en euros, la bourse iranienne pourrait avoir une influence sur le cours d’échange entre le dollar et l’euro. Quand le prix du pétrole serait plus bas en euros, la demande d’euros augmenterait  et inversement. Pour l’Europe et pour les États-Unis cela comportait des risques.

Puisque l’ouverture de la bourse avait été annoncée pour le 20 mars 2006, avant cette date l’Iran a subi des pressions de plus en plus menaçantes. Officiellement il n’y a pas eu un seul mot sur le projet de bourse ou sur le commerce de pétrole en euros. Bush n’allait tout de même pas expliquer la faiblesse du dollar. Ensemble avec des chefs d’état de l’E3, il répétait ses accusations, que l’Iran avait sûrement l’intention de fabriquer des armes nucléaires. C’est une accusation avec une forte charge émotionnelle, qui ne manque pas de mobiliser les journalistes! Les sensations, ça vend bien. Et, bien sûr les gens aiment se faire mener par le bout du nez. (Et je peux vous dire confidentiellement, même des trois chefs d’état de l’E3, il y en a eu un qui l’a cru. Chut.)

Finalement, le 20 mars 2006, la bourse iranienne ne s’est pas ouverte. En avril 2006 l’ouverture était annoncée pour la première semaine de mai 2006. [25] Pendant cette semaine le ministre de pétrole iranien a donné une licence à la bourse, mais les activités étaient différées.

Le président Putin de Russie a alors annoncé des plans pour une bourse de pétrole russe en roubles [26] et l’a réalisée à toute allure. [le 8 juin 2006]. Le marché russe d’exportation de pétrole et de gaz est beaucoup plus grand que celui de l’Iran. L’intérêt de la bourse iranienne en est devenu beaucoup plus relatif et on n’en a guère entendu parler depuis.

6.  Chercher des alliés

Pour lutter contre l’Iran les États-Unis ont besoin d’alliés, qui sont utiles pour partager les coûts et pour déblayer les décombres, comme en Afghanistan et en Irak. Le meilleur procédé pour obtenir des alliés consiste à faire condamner l’ennemi visé par une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cela implique cependant, que les États-Unis doivent convaincre les autres pays au droit de veto. Bien entendu, cela ne réussirait pas, si les États-Unis racontent leurs vrais motifs. Ils devaient trouver quelque chose de mieux pour les aligner. Eh bien, les pays à droit de veto sont les états vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale Ils ont en commun, d’être tous des Etats à armes nucléaires et  de disposer d’installations d’enrichissement d’uranium. Alors, que diraient-ils d’un plan pour s’octroyer des droits exclusifs pour l’enrichissement d’uranium et pour sa livraison à tous les pays non détenteurs d’armes nucléaires? [27]

7.  E3 : l’étrange délégation européenne

Dans la pièce de théâtre diplomatique nous voyons alors le Royaume Uni, la France et l’Allemagne, le soi-disant E3, se ranger du côté de Bush. L’E3 serait une délégation de l’Union Européenne. Cette composition étrange d’une délégation européenne commence à prendre du sens, lorsqu’on remarque, que ce sont précisément des pays, qui disposent d’installations d’enrichissement. Camouflés sous le drapeau européen, ces pays représentent leurs propres intérêts dans l’enrichissement et le traitement d’uranium.

A quel degré ces pays de l’E3 sont-ils européens ? En fait, c’est plutôt étrange, qu’en tant que représentants de l’Europe, ils cherchent à faire condamner leur partenaire commercial, l’Iran, par une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cela indique, qu’ils jouent au poker pour des gains élevés. Ils sont conscients qu’ils prennent le risque de déranger leurs rapports commerciaux avec l’Iran et, avec cela, l’approvisionnement de pétrole en euros. Leur jeu de poker peut finir en un conflit direct avec l’Iran ou en un embargo commercial, comme le souhaitent les États-Unis.

Si les États-Unis n’obtiennent pas leur embargo contre l’Iran, ils ne seraient probablement pas contre,  si les installations nucléaires Iraniennes étaient bombardées, de manière à ce que l’Iran  consomme son pétrole au lieu de l’exporter en euros.

Et le Royaume Uni, quel rôle joue-t-il dans cette délégation dite Européenne? Le Royaume Uni est toujours du côté des États-Unis. Il n’a pas adopté l’euro. Pour cela l’intérêt de sa bourse de pétrole IPE, jouant en symbiose avec le NYMEX, est beaucoup trop grand. Il n’a aucun intérêt  dans la vente de pétrole iranien en euros. A l’époque des soi-disante préparations d’offres commerciales intéressantes pour l’Iran, Tony Blair et George W. Bush entretenaient des contacts intensifs. A part son propre intérêt dans l’enrichissement d’uranium, le Royaume Uni paraît surtout être le garçon de course de la Maison Blanche.

Le ton des conversations de l’E3 avec l’Iran n’est pas celui qu’on attendrait normalement entre des partenaires commerciaux désireux d’améliorer leurs rapports. Les comptes rendus des pourparlers sont de longues litanies d’obligations, que l’E3 estime devoir imposer à l’Iran. L’Iran est traité comme le méchant élève, qui devra obéir coûte que coûte. [28]

En janvier 2006 le président français Chirac menaçait en termes couverts d’une attaque nucléaire contre l’Iran. Menacer d’une attaque nucléaire est contraire au Traité de Non Prolifération.

8.  La Russie et la Chine

Pour atteindre une résolution avec des sanctions contre l’Iran, les États-Unis, la France et le Royaume Uni devaient  s’assurer, que la Russie et la Chine n’utiliseraient pas leur droit de veto. Comme ces derniers sont aussi des pays disposant d’installations d’enrichissement, cela avait l’air facile, mais en vain jusqu’à présent. Ni l’un ni l’autre  ne veulent une intervention armée contre l’Iran.

La Russie dispose encore de stocks d’énergie fossile importants. Depuis la catastrophe de Chernobyl en 1986 elle n’a pas construit de nouveaux réacteurs. (Mais ceci va changer rapidement.) Elle n’a aucun intérêt à une nouvelle invasion des États-Unis au Moyen Orient.

La Chine a de bonnes relations avec l’Iran, qui lui livre du gaz et du pétrole pour les décennies à venir. Si la Chine veut laisser tomber l’Iran, elle devra trouver des solutions alternatives pour combler ses besoins élevés en énergie. La Chine ne semble pas partager les positions agressives des États-Unis et de l’E3.

9.  Pourquoi l’Iran veut-il de l’énergie nucléaire?

Cela peut paraître étrange, qu’un pays disposant de pétrole, veut de l’énergie nucléaire. L’Iran exporte du pétrole, mais importe des produits de pétrole raffinés. Ceux-ci sont nécessaires à l’éclairage, au chauffage, au transport et à l’industrie de sa population croissante. Pour beaucoup d’Iraniens le prix réel de ces produits serait trop élevé. C’est pour cela qu’ils sont vendus bon marché, et à perte pour le trésor iranien. La commutation à l’électricité devra fournir une énergie à un prix raisonnable pour toute la population. L’Iran a besoin des revenus de ses exportations de pétrole pour financer l’importation d’autres produits dont elle a besoin.

10.  Est-ce que l’enrichissement dans des pays sans armes nucléaires est dangereux ?

L’uranium naturel contient 0,7 pourcent d’atomes U-235, contre 99,3 pourcent majoritairement d’atomes U-238. Pour l’utiliser comme combustible nucléaire, la part d’atomes U-235 doit être augmenté jusqu’à 3 à 5 pourcent. Pour ce faire, l’uranium doit d’abord être purifié et transformé en gaz. En passant ce gaz dans de grandes séries de centrifuges, on peut faire sortir quelques-uns des atomes U-238 plus lourds, dans un processus qui est long et avale énormément d’énergie. Les risques dans le processus sont ceux de l’industrie chimique et non pas la faible radiation. Cet uranium n’est pas apte à faire des bombes nucléaires. Pour des bombes il faut un enrichissement d’au moins 90 pourcent. [29] Si un pays, comme par exemple l’Iran, décide de développer de l’uranium si hautement enrichi, il faudrait entre 3 et 5 ans pour produire suffisamment pour une bombe. En outre, selon les scientifiques, il faut des installations beaucoup plus grandes pour cela. L’opinion souvent répétée, mais fausse, qu’on pourrait fabriquer en douce de l’uranium hautement enrichi dans des installations d’enrichissement civiles, sert maintenant de maxime à Bush, pour que l’enrichissement d’uranium reste dans les mains des pays à armes nucléaires.

11.  Naissance d’un nouvel ordre mondial

L’idée de limiter les capacités d’enrichissement aux pays qui en disposent déjà n’est pas nouvelle. Les accusations contre l’Iran, la tromperie réussie des journalistes, politiciens et des diplomates ont créé les circonstances idéales pour hâter la réalisation de ces plans. L’idée apparaissait dans un dépliant des Nations Unies en 2004. [30] A l’époque c’était encore sous forme d’un appel pour un moratoire volontaire et limité dans le temps pour ne pas construire de nouvelles installations d’enrichissement et de traitement d’uranium. En février 2005 l’idée fut développée davantage par l’ONU comme l’Approche Nucléaire Multilatéral, en anglais le Multilateral Nuclear Approach (MNA) [31]. Déjà au mois d ‘avril 2005 l’ambassadeur aux Nations Unies du Japon posait la question « si la NMA ne limitait pas à tort l’usage pacifique de l’énergie nucléaire par des états sans armes nucléaires, qui exécutent leurs activités nucléaires d’une façon fiable et transparente en accord avec leurs obligations dans le cadre du Traité de Non Prolifération. »

Le 6 février 2006 le Departement of Energy des États-Unis publiait sa version de l’idée dans leur plan pour le Global Nuclear Energy Partnership (GNEP). Le lendemain, à la Conférence Ourai au Japon, ce GNEP est présenté comme une idée du chef de l’AIEA ElBaradei et une proposition de Bush. [32] Et, bien entendu, une telle idée sublime ne doit pas manquer d’éclat. Donc, quelques jours plus tard le DOE se complimente lui-même comme suit : « Finalement la mesure de partenariat entre les états à « cycle de combustibles » et les états à « réacteurs seuls », comme envisagée par le GNEP, participera à fournir au monde une électricité propre, en offrant aux nations sans cycle de combustibles un accès au combustible nucléaire, intéressant en prix et fiable, en échange de leur obligation de renoncer au développement des technologies d’enrichissement et de recyclage. »

12.  Des éléments inquiétants

Le nouvel ordre mondial vient sous forme de nouvelles règles de sécurité dans le système de contrôle de l’AIEA. Si nous considérons l’esprit du Protocole Additionnel, nous ne devons pas compter sur des droits égaux ou des rapports honnêtes.

Parmi les pays du Traité de Non Prolifération seuls les pays à armes nucléaires, plus l’Allemagne, les Pays-bas et le Japon ont des installations d’enrichissement. [33] Les autres membres devraient renoncer à leur droit d’enrichir de l’uranium. En échange, ils recevraient la promesse solennelle des pays à armes nucléaires, que ces derniers fourniraient toujours du combustible nucléaire. Promesses ? N’était-ce pas les pays qui, en 1968, avaient promis de démanteler leurs armes nucléaires ? Comme nous savons, ils n’ont toujours pas tenu leur promesse. Pire, la France a développé une nouvelle génération d’armes nucléaires, progressives, qui devra faciliter le démarrage d’une guerre nucléaire. Encore en 2006 les États-Unis et la France ont utilisé leur arsenal nucléaire pour menacer le monde. Et maintenant les pays sans armes nucléaires devraient renoncer à leur droit d’enrichir de l’uranium pour devenir dépendants du club de l’AIEA des fournisseurs de combustibles nucléaires?

Pour séduire les pays sans armes nucléaires, ce plan promet des prix d’électricité plus bas. Les installations déjà existantes auraient le double de la capacité nécessaire aux besoins du monde. En empêchant la construction de nouvelles installations, on pourrait faire un meilleur usage des installations existantes. Et donc le prix de l’uranium enrichi, et avec cela le prix de l’électricité, pourrait baisser… Est-ce que nous devons croire ces paroles ? L’industrie d’enrichissement n’est pas animée par l’intérêt de faire baisser les prix d’électricité du monde. Malgré la sur-capacité prétextée les Européens s’affairent à étendre considérablement leurs capacités de production au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Allemagne. Ils ambitionnent une part de marché plus grande pour plus de bénéfices ! Et si d’autres compétiteurs ne sont plus admis sur ce marché, cela ne pourra que donner des prix d’uranium enrichi excessifs, et donc de l’électricité.

Les nouveaux plans prévoient un système de distribution pour les livraisons des combustibles, étroitement régulé et contrôlé. L’AIEA serait l’intermédiaire entre les membres fournisseurs et les membres consommateurs du combustible. A première vue cela peut sembler une construction fiable, puisque l’AIEA est un organe de l’ONU. Cependant, l’AIEA est également le policier dans le système. Il n’est pas sage de laisser les policiers commercer avec les partis qu ‘ils doivent inspecter. En outre, l’ONU n’est pas un genre de gouvernement intègre, qui serait capable de garantir l’impartialité de ses policiers.

Les plans pour le système de distribution prévoient des stocks nationaux minimaux et des stocks tampon collectifs dans de différents pays « hôtes ». Étrange, n’est-ce pas ? Le but des stocks minimaux à l’intérieur des pays ne peut guère être défendu comme une mesure de sécurité. Même avec des stocks gigantesques d’uranium enrichi à 3 – 5 pourcent on ne peut fabriquer une arme nucléaire. Pourquoi l’AIEA voudrait-elle, que des pays ne disposent que de stocks minimaux ? Il n’y a qu’une réponse plausible à cette question: pour tenir ces pays en tenaille. Cela fait beaucoup de pouvoir pour notre chien de garde nucléaire. Ce pouvoir va bien plus loin que nécessaire pour ces inspections. Ceci est du pouvoir pur pour mettre hors jeu la souveraineté des nations. Quand une nation fait quelque chose, que le chien ou son maître ne veut pas, le robinet de combustible peut simplement être fermé pour obtenir la soumission immédiate. Ceci sent la dictature au niveau mondial. Et bien entendu, les fournisseurs de combustible ne seront jamais dupes. Ceux-ci produisent leur propre combustible nucléaire.

En théorie, le maître de l’AIEA c’est l’ONU. Mais est-ce que cela fonctionne ainsi dans la pratique ? L’AIEA a une tâche difficile, parce qu’elle doit tenir compte des tensions et des conflits d’intérêt entre les membres du Traité de Non Prolifération. L’indépendance de l’AIEA à l’égard des intérêts nationaux se trouve en permanence sous pression. Son budget limité l’oblige à faire des choix, qui sont influencés par les conflits qui ont lieu. Pendant l’embargo contre l’Irak, nous avons vu comment l’AIEA était mise sous  tension par Bush, qui exigeait chaque fois plus de contrôles et des plus intensifs. Chaque fois à nouveau le chien de garde était envoyé pour être certain que l’Irak pouvait être envahi sans danger. Bien que l’AIEA soit obligée de garder toutes les informations de ses inspections confidentielles, l’armée des États-Unis recevait ces informations confidentielles en permanence et s’en servait pour préparer l’invasion de l’Irak. (Et, finalement, au moment de l’invasion les États-Unis mettaient l’ONU hors jeu.)

Nous observons la même chose pendant les inspections de l’AIEA en Iran. Bush crie, et le chien court après le bâton.

Les règles du nouvel ordre mondial sont présentées comme « une idée de ElBaradei et une proposition de Bush. » Il est à croire que les deux projets, le Multi-National Approach (NMA) de l’AIEA et le Global Nuclear Energy Partnership (GNEP) de Bush, se fondront en une seule version dictée par les États-Unis.

Bien entendu, c’est un coup de maître stratégique d’obtenir une prise de fer sur tous les pays sans armes nucléaires, dès qu’ils deviennent adonnés à l’énergie nucléaire. Mais il y a encore beaucoup plus d’avantages pour les fournisseurs de combustible nucléaire. Sous l’égide de l’AIEA le marché sera entièrement régulé. Tous les producteurs coopèreront ensemble dans les mêmes organisations et seront intéressés dans le bénéfice le plus élevé possible. Ensemble ils fixeront le prix du combustible nucléaire. Tout comme maintenant les prix du pétrole sont fixés sur les marchés de l’IPE et du NYMEX, les prix du combustible nucléaire seront fixés par une petite élite.

Nous voilà arrivés à un point important. Le combustible nucléaire devra être payé. La question est de savoir, en quelle monnaie (ou quelles monnaies) les clients devront régler ? Ces monnaies seront les plus demandées au monde. On peut le comparer au dollar d’aujourd’hui.

Il semble que ces monnaies n’aient pas encore été décidées. Mais, si chaque fournisseur veut être réglé dans sa propre monnaie, la demande mondiale de yens japonais, de Yuan renmimbi chinois, de roubles russes, de pounds anglais et de dollars des USA augmentera. Probablement il s’établira un ordre de préférence, proportionnellement à la quantité de combustible nucléaire, que chacun des producteurs pourra livrer. Chacun de ces pays connaîtra les avantages, qui sont liés à la livraison de leur monnaie à l’étranger. Bien entendu, à la longue, chacun connaîtra également les effets négatifs sur sa propre économie, et, après quelques décennies laissera sa monnaie s’écrouler pour se libérer des dettes extérieures gigantesques. C’est ce qui peut arriver lorsque chaque fournisseur demande le paiement dans sa propre monnaie.

Cependant, le fait que le projet mentionne, que l’AIEA devrait devenir l’intermédiaire entre fournisseurs et clients, peut vouloir dire, que l’AIEA décidera de la monnaie de paiement. Bush espère sans aucun doute, que ce sera le dollar US. Si le combustible nucléaire doit être réglé exclusivement en dollars, la demande de dollars, et avec cela l’hégémonie des États-Unis, sera assurée encore pour des décennies.

13.  Le théâtre de l’ONU

Avec un projet pour un nouvel ordre mondial, préparé discrètement dans les coulisses, nous avons maintenant une alliance anti-Iranienne des États-Unis et de l’E3. Ils sentent l’opportunité d’un coup pour prendre possession du marché mondial des combustibles nucléaires. Pour réussir, il leur suffit de trouver une sauce légale sur la prohibition de l’enrichissement de l’uranium, avec l’Iran comme exemple. Et une résolution du Conseil de Sécurité des Nations serait suffisante, si celle-ci approuve l’opinion de l’AIEA, que l’AIEA peut interdire l’enrichissement à des pays.

Évidemment, dans ce cas, l’Iran ne pourrait plus rester dans le Traité de Non-Prolifération. Pour réussir, les Etats-Unis et l’E3 devront procéder prudemment pour éviter que l’Iran quitte le TNP avant qu’une résolution ait été conclue. Car, si l’Iran quitte le Traité avant cette résolution, il n’y a plus de raison pour une résolution. En effet, les pays qui ne font pas partie du Traité de Non Prolifération, comme l’Israël, l’Inde, le Pakistan, le Cuba et le Brésil, sont libres d’enrichir de l’uranium et de faire ce qu’ils veulent.

Est-ce que la Russie et la Chine, finiront-ils par participer au hold-up au détriment de l’Iran?

Si le hold-up des états à armes nucléaires réussit, il y aurait probablement  des tensions énormes au sein du Traité de Non-Prolifération. L’organisation pourrait perdre toute sa crédibilité et voir partir beaucoup de membres sans armes nucléaires. Le résultat pourrait bien être le contraire du but du traité.

 

Développements depuis cette publication:

Mai 2007: La Russie a signé un accord avec les Etats-Unis, la Chine, la France et le Japon pour explorer une coopération pour le développement de programmes nucléaires civiles autour du monde. Le gouvernement des E-U a passé une loi pour la création d'une banque internationale de carburants nucléaires. [34]

Références et sources:

[1] Les membres du Traité de Non-Prolifération

      http://www.carnegieendowment.org/files/Tracking_Ch02map.pdf

[2] Texte du Traité de Non-Prolifération:

      http://www.un.org/disarmament/WMD/Nuclear/pdf/NPTFrench_Text.pdf  (Voir article IV)

[3] Convention entre l’AIEA et l’Iran:

      http://www.iaea.org/Publications/Documents/Infcircs/Others/infcirc214.pdf

[4] Histoire nucléaire de l’Iran:

      http://www.nti.org/e_research/profiles/1825_1826.html

[5] L’opposition croissante contre le chah:

      http://www.countriesquest.com/middle_east/iran/history/growing_opposition_to_the_sjah.htm

[6] Mossadeq: 

      http://www.iranchamber.com/history/oil_nationalization/oil_nationalization.php  

[7] L’attaque israélienne contre la centrale d’Osirak en Irak en 1981:

      http://news.bbc.co.uk/onthisday/hi/dates/stories/june/7/newsid_3014000/3014623.stm

[8]  Dépendance des États-Unis de pétrole importé atteignant 60 pourcent en 2006:

      http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=10000087&sid=ar4D7HVGikXo&refer=top_world_news  

[9] 130 grammes d’uranium:

      http://www.fas.org/nuke/guide/iran/iaea0603.html (dernière ligne)  

[10] L’article 37 de la Convention entre l’AIEA et l’Iran:

        http://www.iaea.org/Publications/Documents/Infcircs/Others/infcirc214.pdf  

[11] Pipelines vers le 11 septembre

       www.courtfool.info

[12] Comment le dollar peut-il s’écrouler en Iran?

       http://www.studien-von-zeitfragen.net/Zeitfragen/__Collapse_in_Iran/__collapse_in_iran.html  

[13] Fred Eckhard annonce l’autorisation de la commutation irakienne vers l’euro:

       http://www.un.org/News/briefings/docs/2000/20001031.db103100.doc.html  

[14] Statistiques des exportations de pétrole irakiennes en euros:

       http://www.un.org/Depts/oip/background/oilexports.html  

[15] Colin Nunan, Petrodollar or Petroeuro:

       http://www.feasta.org/documents/review2/nunan.htm  

[16] Graphique de l’évolution du cours de l’euro versus le dollar:

       http://www.studien-von-zeitfragen.net/Zeitfragen/__Collapse_in_Iran/__collapse_in_iran.html  

[17] Promesse d’aide de la banque centrale de Chine

        http://www.centralbanking.co.uk/newsmakers/archive/2001/apr24.htm#China

[18] Avertissement de Horst Koeler du Fonds Monétaire International, que le dollar risque de s’effondrer:

        http://news.bbc.co.uk/1/hi/business/2097064.stm  

[19] Downing Street Memo

       http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article387374.ece

[20] Cours du dollar, dates historiques:

       http://fx.sauder.ubc.ca/data.html  

[21] Financial Times, le 5 juin 2003  

[22] Marché du pétrole, exemple:

       http://www.nationalreview.com/nrof_leuffer/leuffer200410010726.asp 

       (Note : Logiquement, la spéculation et l’angoisse peuvent être influencées.)

[23] A vrai dire, “imprimé” n’est pas correcte. Aujourd’hui la part la plus importante de tout l’argent

       n’existe qu’en tant que chiffres sur des comptes bancaires.

[24] Sur les effets du commerce de pétrole en dollars ou en euros, voyez aussi l’article sur ce site :

       Coûts, méfaits et dangers du dollar.

[25] La Bourse de pétrole iranienne, mai 2006:

       http://www.iribnews.ir/Full_en.asp?news_id=212013&n=32  

[26] La Bourse de pétrole russe:

       http://en.rian.ru/russia/20060510/47915635.html  et http://en.rian.ru/russia/20060522/48434383.html (Pour les effets sur le dollar, voyez [12])  

[27] GNEP: 

       http://www.gnep.energy.gov/  

[28] Rapport E3:

       http://www.iaea.org/Publications/Documents/Infcircs/2005/infcirc651.pdf  

[29] Enrichissement de l’uranium:

       http://www.uic.com.au/nip33.htm  

[30] Dépliant ONU 2004:

       http://www.un.org/secureworld/brochure.pdf  

[31] Groupe d’experts NMA, février 2005:

       http://www.iaea.org/OurWork/ST/NE/NENP/NPTDS/Downloads/SMR_CRP1_SRWOSR/2005/RCM1/Add materials/mna-2005_web.pdf 

[32] L’idée d’ElBaradei et la proposition de Bush, le 7 février 2006:

       http://www.jaea.go.jp/04/np/documents/sym05_01_endo_en.pdf  

[33] Mappemonde des stations d’approvisionnement nucléaire:

       http://www.wise-uranium.org/umaps.html?set=enr  

[34] Développements depuis cette publication:

       http://www.easybourse.com/Website/dynamic/News.php?NewsID=205659&lang=fra&NewsRubrique=2&pageliste

[35] Balayer Israël de la carte

       http://www.campaigniran.org/casmii/index.php?q=node/1215

Lecture:

Petrodollar Warfare: Dollars, Euros and the Upcoming Iranian Oil Bourse,

William R. Clark  (5 août 2005)

http://usa.mediamonitors.net/content/view/full/17450

Killing the dollar in Iran

Toni Straka

"With the world facing a daily bill of roughly $5.5 billion for crude oil at current price levels,"

http://www.atimes.com/atimes/Global_Economy/GH26Dj01.html

America's Foreign Owners

http://www.thetrumpet.com/index.php?page=article&id=1712

The Proposed Iranian Oil Bourse

Krassimir Petrov, Ph. D., January 17, 2006

http://www.321gold.com/editorials/petrov/petrov011706.html

Trading oil in euros - does it matter?

Cóilín Nunan, publié le 30 janvier 2006 par Energy Bulletin.

http://www.energybulletin.net/12463.html

Mai 2006/Avril 2007

 

Si vous voulez, vous pouvez copier cet article, l'envoyer à des intéressés ou le publier dans des journaux ou sur l'internet.

 

Si vous ne voulez pas rater la prochaine publication sur CourtFool.info, cliquez ici:

J'aimerais recevoir un courriel dès qu'un nouvel article paraît en français.

 

StartUpperRightColumn


български   čeština   Dansk   Deutsch   English   español   Français   italiano   magyar   Nederlands   português   română   slovenčina   slovenščina   suomi   svenska  


deutsch, english, español, français, italiano, romana.

Aidez à diffuser ce message!
Plus d'info
(Patience svp, lien lent)

Les informations s'arrêtent aux frontières des langues. Aidez pour les faire passer en Espagne, en Amérique et en Afrique! Si vous pouvez, traduisez "Le système bancaire en bref."

contact: courtfool@xs4all.nl

Autores:
Rudo de Ruijter
Yannis Varoufakis
Costas Lapavitsas
James K. Galbraith
Gerard Dunénil
Michael Hudson
Ed Dolan
Jacques Nikonoff
Jean-Claude Paye
Eugénio Rosa
Jorge Figueiredo

Heureusement nous avons encore l'euro...

Bruxelles a commis un coup d'État dans les 17 pays de la zone euro.


C'est la Commission Européenne, qui, selon son Président Barroso, doit être le gouvernement économique de l'Union, qui doit définir les actions que les gouvernements nationaux doivent exécuter. (28.09.11)

Un nouveau traité va per- mettre à Bruxelles de se servir à volonté dans les Caisses d'État, soi-disant pour sauver l'euro.


La dictature du MES vide les Trésoreries nationales en 3'51''

Bien sûr, l'Union Européenne ne veut pas que les citoyens apprennent ce qui se passe. Sur l'internet ils n'ont publié qu'une seule copie du traité en anglais!

(96,5% des citoyens européens parlent d'autres langues.)

Ce traité européen a été signé le 11 juillet 2011 et s'appelle le Mécanisme Européen de Stabilité, MES, une sorte de fond de secour permanent avec des pouvoirs illimités et un accès illimité aux Caisses d'État des 17 pays membres.

Curieusement, aucun journal, ni national, ni international, n'y a consacré un titre.


Les Ministres de Finances se proclament Gouverneurs du MES. (Signature de la première version le 11 juillet 2011)

Comme quelques autres personnes, j'ai dénoncé le caratère illégal de ce traité. Mais apparemment les instigateurs du traité n'étaient pas satisfaits non plus et voulaient un traité beaucoup plus étendu. Donc Bruxelles devait produire une deuxième version. Cette fois-ci il était signé par des Ambassadeurs des pays. C'était le 2 février 2012.

Une fois de plus la presse se taisait et encore aujourd'hui très peu d'Européens sont au courant du monstre, qui déguisé en bon Samaritain se prépare à mettre nos démocracies hors jeu.

Entretemps le MES a été ratifié par tous les parlements dans la zone euro. Plus de deux mille représentants, dits démocratiques, ont trahi le fondement de la démocratie parlementaire!

Lors que les consommateurs préfèrent acheter des produits venant d'autres pays de l'euro, les euros quittent le pays et le pays s'endette...

StartJoinTranslators

Remerciements spéciaux à:

Christine, Corinne, Francisco, Evelyne, Françoise, Gaël, Peter, Ingrid, Ivan, Krister, Jorge, Marie Carmen, Ruurd, Sabine, Lisa, Sarah, Valérie and Anonymous...


Traduisez aussi!

L'information s'arrête aux barrières des langues. Si vous parlez plus d'une langue, et si vous voulez aider le fou du roi à faire passer l'information par dessus ces barrières, vous pouvez le faire en traduisant un article. Contactez s.v.p. courtfool@xs4all.nl Merci beaucoup d'avance!

StartTranslators

Acknowledgements for translations:

Alter Info
Carlo Pappalardo
Come Don Chisciotte
Ermanno di Miceli
Ivan Boyadjhiev
Jorge G-F
Lisa Youlountas
Jose Joaquin
Manuel Valente Lopes
Marcella Barbarino
Marie Carmen
Mary Beaudoin
Michel Ickx
Natalia Lavale
Nicoletta Forcheri
Peter George
Resistir Info
Traducteur sans frontière
Valérie Courteau

INITIATIVE BELGE
Visitez
www.interpellation-mes.be et soutenez l'action!

 

Court Fool, 2006 - 2013